Projets

Industrie 4.0 - Défis humains et organisationnels

Défis organisationnels et humains dans la réalité des entreprises industrielles wallonnes

Le contexte

La mondialisation progressive, les nouvelles possibilités technologiques et la concurrence mondiale accrue façonnent le monde du travail, encourageant ainsi la quatrième révolution industrielle, également appelée “Industrie 4.0”. Si l’industrie traditionnelle a déjà ses propres problématiques, le concept émergent d’Industrie 4.0 les associe à de nombreux aspects sur le plan technique, humain et organisationnel. En allant un peu plus loin que la digitalisation et la fabrication intégrée par ordinateur, l’industrie 4.0 est un paradigme axé sur la technologie qui place la relation homme-machine au centre de processus industriels complexes. De nombreuses entreprises cherchent à saisir les opportunités de l’industrie 4.0 en matière d’interopérabilité, de décentralisation ou de modularité en amalgamant les processus industriels à des technologies innovantes. Néanmoins, l’adoption de nouvelles technologies numériques “sans fondement ni objectif appropriés”[1] peut créer des obstacles et accroître la résistance des employés et des cadres intermédiaires au sein d’une entreprise qui a décidé de tirer parti des opportunités de l’industrie 4.0.

Le challenge

Malgré plusieurs facilitateurs capables de stimuler la mise en œuvre de l’Industrie 4.0 en Wallonie, la fabrication intelligente reste terra incognita pour de nombreuses entreprises industrielles wallonnes. D’une part, différents programmes de sensibilisation et d’accompagnement au niveau régional et fédéral ainsi que le classement de la Belgique parmi les pays leaders dans sa préparation au Future of Production par le World Economic Forum[2] impliquent un contexte propice à la transition vers l’Industrie 4.0. D’autre part, l’industrie wallonne est dominée par des PME qui, selon les études existantes, pourraient être plus résistantes à la mise en œuvre de l’Industrie 4.0. De plus, les entreprises industrielles wallonnes déjà impliquées dans l’industrie intelligente rencontrent plusieurs obstacles humains et organisationnels et doivent faire face à des stéréotypes liés à l’industrie 4.0. Tous ces défis sont à considérer avec précaution en fonction du profil de chaque entreprise car ils peuvent dépendre de sa taille ou de son rôle dans la chaîne de valeur. Puisqu’il n’existe pas d’explication universelle sur la mise en œuvre de l’industrie 4.0 et les défis qui y sont liés, il est important de détecter les caractéristiques distinctives du contexte industriel wallon.

Question clé et objectifs

Sur base des éléments précités et de l’étude bibliographique, le projet de recherche est motivé par plusieurs moteurs majeurs :

  • Manque d’études empiriques socio-matérielles centrées sur les interactions entre les scripts technico-organisationnels et les contextes sociaux.
  • Nécessité de repenser le concept d’industrie 4.0 et ses enjeux comme une entité à part entière.
  • Manque d’études sur les perceptions des entreprises industrielles non encore engagées dans l’Industrie 4.0
  • Manque de connaissances sur les approches de gestion du changement adoptées par les entreprises déjà engagées dans le processus de mise en œuvre de l’Industrie 4.0
  • Forte concentration de PME et progrès modérés dans la mise en œuvre de l’Industrie 4.0 en région wallonne.

Pour répondre à ces enjeux, deux questions clés peuvent être formulées comme suit :

“Quelles perceptions les dirigeants de PME industrielles wallonnes développent-ils à l’égard des implications organisationnelles, managériales et RH d’une future mise en œuvre de l’Industrie 4.0 ?”

Le projet de recherche vise à identifier et analyser la manière dont les PME industrielles wallonnes qui n’ont pas encore mis en œuvre l’Industrie 4.0 perçoivent les défis organisationnels, managériaux et RH qui y sont liés. En vue de comprendre ce qui peut éventuellement empêcher ou encourager ces entreprises à embrasser les possibilités de l’Industrie 4.0 avant sa mise en œuvre, un fond théorique de la littérature scientifique existante sur le sujet sera confronté à la réalité des PME industrielles wallonnes par le biais d’une enquête quantitative sur un large échantillon suivie d’entretiens semi-structurés approfondis avec des managers. Cette approche mixte (quantitative et qualitative) peut aider à saisir un large éventail d’implications possibles en matière d’organisation, de gestion et de RH, et à mieux comprendre les plus critiques.

“Quelles sont les stratégies de gestion du changement adoptées par les entreprises industrielles wallonnes ayant entamé ou étant ou bien avancées dans le processus de mise en œuvre de l’industrie 4.0 ?”

Le projet de recherche vise également à identifier et à comprendre les pratiques de gestion du changement utilisées par les entreprises industrielles wallonnes qui ont décidé de mettre en œuvre l’Industrie 4.0. Afin de comprendre ce qui a encouragé ces entreprises à embrasser les possibilités de l’Industrie 4.0 ainsi que la façon dont elles ont décidé de gérer sa mise en œuvre, un fond théorique de la littérature existante sur ce sujet sera confronté à la réalité des entreprises wallonnes à travers des études de cas contrastées. Des entretiens approfondis avec différents acteurs au sein d’une même entreprise nous aideront à mieux comprendre les stratégies existantes de gestion du changement liées à l’Industrie 4.0, à analyser leurs facteurs clés ainsi qu’à enrichir la littérature existante avec des données contextuelles spécifiques.

[1] Machado, C.G., Winroth, M., Almström, P., Ericson Öberg, A., Kurdve, M. and AlMashalah, S. (2021). Digital organisational readiness: experiences from manufacturing companies. Journal of Manufacturing Technology Management, 32 (9), 167-182. https://doi.org/10.1108/JMTM-05-2019-0188
[2] The World Economic Forum & A.T. Kearney. (2018). The Readiness for the Future of Production Report 2018. The World Economic forum. https://www3.weforum.org/docs/FOP_Readiness_Report_2018.pdf


À propos de la SRIW
Le groupe SRIW (Société Régionale d’Investissement de Wallonie) contribue au développement économique de la région wallonne à travers le financement partiel d’entreprises ou de projets de développement situés en Wallonie. Elle investit dans la croissance, aux côtés d’investisseurs privés, par le biais de prêts et de fonds propres. En tant que partenaire financier fiable, professionnel et ambitieux, le Groupe SRIW soutient les projets appartenant à la filière de recherche appliquée Industrie 4.0 du HEC Digital Lab.

À propos d’AGC Glass Europe
AGC Glass Europe est la branche verrière européenne d’AGC (Japon), leader mondial en verre plat. Basée à Louvain-la-Neuve et employant 15.500 personnes, AGC Glass Europe produit, transforme et commercialise du verre plat à destination des secteurs de la construction (vitrages extérieurs et verres pour décoration intérieure), de l’automobile (vitrages d’origine et de remplacement) et de plusieurs industries (transport, solaire et high tech).

À propos d’Equans
EQUANS, nouveau leader mondial des services multi-techniques, conçoit et fournit des solutions personnalisées pour améliorer les équipements et les processus techniques de ses clients. Chez EQUANS, expertise et proximité sont les leviers pour relever les enjeux de la triple transition énergétique, industrielle et numérique.

À propos de John Cockerill
John Cockerill (anciennement CMI) conçoit, installe, modernise et entretient des équipements pour l’énergie, la défense, la sidérurgie, l’environnement et d’autres industries en général, et compte plus de 6.000 employés expérimentés à travers le monde. Fière de son passé et consciente de ses propres capacités à inventer les processus du futur, John Cockerill entend contribuer à relever les défis de la société actuelle et à générer un progrès industriel durable au profit de ses clients, de ses employés, des communautés dans lesquelles elle est implantée et de la planète.